Date:

Share:

Crise migratoire : remise en cause des accords du Touquet

Related Articles

Les accords du Touquet pour contrôler l’immigration sont très critiqués actuellement. La recrudescence des naufrages lors des traversées de la manche inquiète de plus en plus. Une Commission européenne s’est réunie afin de trouver de meilleures solutions et de nouvelles mesures concernant le traité du Touquet. Les Britanniques n’étaient pas conviés.

Quels sont les objectifs des accords du Touquet ?

Les accords du Touquet ont pour principal but de faciliter la lutte contre les immigrations clandestines. Les deux signataires en sortaient gagnants ! Le pacte a été signé au 25e sommet franco-britannique le 4 février 2003. Il est entré en vigueur le 1er février 2004. C’est un accord qui vient améliorer le protocole Sangatte qui existait depuis l’année 2000.

L’un des piliers de ces accords est le contrôle de tous les passagers des trains et des bateaux. Que ce soit du côté du Royaume-Uni ou de la France, les contrôles devraient être faits. C’est pour cette raison que la police française fait des contrôles à Londres, à la gare Saint-Pancras. De même, les passagers de la gare du nord de Paris sont sujets à des contrôles par des policiers britanniques.

En dehors de ces contrôles, les deux pays font également des vérifications communes dans les ports maritimes. Ces ports étant devenus les points de passages préférés des migrants clandestins. Ces mesures permettaient de fermer le centre de Sangatte, dont la création ne faisait pas l’unanimité du côté britannique.

Selon le traité du Touquet, des bureaux communs pour le contrôle de l’immigration seront mis en place. Ils devraient être installés dans les Douvres (pour le Royaume-Uni) et Dunkerqe, Boulogne-sur-Mer et Calais (pour la France).

Des modifications permanentes

Les accords du Touquet étaient très adéquats pour contrôler l’immigration légale. Mais, pour ce qu’il en est de l’immigration clandestine, la réalité est tout autre. En effet, la crise migratoire de 2010 a montré les limites de ces accords. La rétention des migrants à Calais était un problème majeur pour les autorités.

Face à de nombreuses situations pareilles, le traité du Touquet fut modifié en 2009, en 2010, en 2014 et récemment en 2018. Au terme de ces accords, la France se portait de plus en plus garante de la sécurité au niveau des frontières britanniques et françaises. Pour ces efforts, le gouvernement français recevait de Londres une compensation financière.

Depuis, les accords du Touquet font l’objet de plusieurs discussions. Le traité de 2018 (traité de Sandhurst) était le premier accord après le Brexit. Elle visait à optimiser le contrôle au niveau des frontières. Il s’agissait d’un traitement plus rapide des dossiers de mineurs du côté du Royaume-Uni.

Malgré les nombreux efforts faits pour une meilleure collaboration, la situation se dégrade de plus en plus. En effet, les traversées clandestines de la Manche sont beaucoup plus importantes. Les migrants trouvent de nouvelles méthodes pour contourner les points de contrôles français. Le décès récent de 27 migrants qui voulait rejoindre le Royaume-Uni n’améliore pas la coopération entre Paris et Londres.

Le Royaume-Uni face à ces responsabilités

En France, plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer les insuffisances de cet accord. Pour Sandra Regol, secrétaire nationale adjointe d’EELV, il s’agit d’une sorte de « troc » qui n’arrange en rien la situation. Elle dénonce également un manque de volonté politique pour renégocier les termes de l’accord.

Pour Xavier Bertrand, candidat à l’investiture dans la région Haut-de-France, l’Élysée devait même aller au « bras de fer » pour une modification de l’accord. Pour lui, laisser passer les candidats à l’exile constituerait également un moyen de pression. Il estime que c’est aussi un moyen de protéger les migrants qui se font souvent racketter par des criminels.

Margaritis Schinas, vice-présidente de la Commission européenne a affirmée : « si je me souviens bien, le principal slogan de la campagne du référendum était “nous reprenons le contrôle”. Depuis que le Royaume-Uni a repris le contrôle, c’est aux Britanniques de trouver les mesures nécessaires pour rendre opérationnel le contrôle qu’ils ont repris ».

Que compte faire Paris ?

Il faut noter que la France à la possibilité de rompre le traité du Touquet. En effet, le dernier article de l’accord stipule que « Le présent traité est conclu pour une durée illimitée et chaque partie peut y mettre un terme à tout moment ou en informant l’autre par écrit par la voie diplomatique, laquelle prendra effet deux ans après la date de ladite notification ».

Pour l’instant, le gouvernement français reste indécis en ce qui concerne une probable annulation du traité par la France. Du côté de l’Élysée, on privilégie toujours le maintien de l’accord du Touquet. Toutefois, des traités européens devraient être ajoutés.

Il se peut que les nouvelles modifications facilitent les migrations légales pour les mineurs qui ont des parents en Angleterre. Les procédures doivent également favoriser une migration légale de ceux qui ont déjà travaillé ou étudiés dans le pays. Des réadmissions peuvent être acceptées par l’Union européenne en contrepartie.

 

hervé
Grand sportif et fan de littérature, et oui, c'est possible ! Venez lire mes actus !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Popular Articles