Incendies dans l’Ouest américain : un observatoire menacé près de Los Angeles

Plus de deux millions d’hectares de végétation ont déjà été consumés par les flammes depuis la mi-août, de la frontière canadienne à celle du Mexique. Le bilan s’élevait mardi à 35 morts et risque encore de s’alourdir. Près de Los Angeles, les pompiers sont à pied d’œuvre pour protéger un observatoire vieux de 116 ans.

Des dizaines d’incendies continuaient mardi 15 septembre à ravager l’Ouest américain. Un feu qui brûle depuis plus d’une semaine près de Los Angeles menace d’engloutir un observatoire historique et de coûteuses tours de télécommunication bâties sur les collines dominant la mégalopole californienne.

Cet incendie, baptisé « Bobcat Fire », n’était plus mardi matin qu’à environ 150 mètres de l’observatoire astronomique du Mont Wilson, vieux de 116 ans, ont prévenu les secours, soulignant que leurs équipes sur le terrain, soutenues par des moyens aériens, s’apprêtaient à affronter le brasier à l’aide de bulldozers. Selon les responsables de l’observatoire, tout le personnel a déjà été évacué. Les pompiers combattent l’incendie depuis le 6 septembre, mais il n’était plus contenu qu’à 3 %, contre 6 % précédemment. Le capitaine David Dantic, des pompiers du comté de Los Angeles, a indiqué que le feu, situé à environ 25 km au nord-est du centre-ville, avait déjà parcouru plus de 16 000 hectares.

Pollution record

De nombreux quartiers voisins des flammes ont reçu l’ordre de se préparer à une éventuelle évacuation, tandis que les autorités redoutaient la destruction de quelque 80 chalets historiques situés dans la forêt nationale de Los Angeles.

Au total, 27 incendies étaient toujours en cours à travers la Californie. Ils ont déjà fait 25 morts depuis la mi-août et mobilisaient mardi plus de 16 600 pompiers. Des feux de forêt d’une ampleur sans précédent ravagent également les États de Washington, de l’Oregon et de l’Idaho, plongeant la côte ouest des États-Unis dans une pollution record.

Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a avancé que respirer durant une journée l’air des zones touchées par les incendies revenait à fumer 400 cigarettes. Selon les services météorologiques américains, les fumées dégagées sont si importantes qu’elles ont commencé à atteindre la côte est et l’Europe.

Au total, plus de deux millions d’hectares de végétation ont déjà été consumés depuis la mi-août de la frontière canadienne à celle du Mexique. Le bilan s’élève à 35 morts et risque encore de s’alourdir.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*