Aucune sanction pour les voyageurs refusant la quarantaine à Montréal et Calgary

Entre le 22 février et le 25 avril, 513 contraventions ont été données aux voyageurs arrivant de l’étranger aux aéroports de Vancouver et de Toronto qui refusaient de se conformer aux règles de quarantaine du gouvernement canadien. Toutefois, aucune sanction n’a été imposée dans les deux autres aéroports du pays qui ont le droit de recevoir des voyageurs provenant de l’étranger : Montréal et Calgary.

Les contraventions pour ceux qui refusent la quarantaine peuvent atteindre 3000 $. Mais certains voyageurs contactés par Radio-Canada indiquent n’avoir reçu aucune contravention après avoir décliné de séjourner dans les hôtels désignés par Ottawa, et de subir un test de dépistage obligatoire du SRAS-CoV-2 à leur arrivée au Canada. [L’agent] m’a dit que c’était dans mes droits de refuser l’hôtel et le test, explique Synthia Vignola, qui est revenue d’un voyage touristique en Colombie le 21 mars, à l’Aéroport international Montréal-Trudeau. Puis il a pris mon adresse et mon numéro de téléphone. Dans les jours qui ont suivi son arrivée, poursuit Synthia Vignola, j’ai pas eu rien, j’ai pas eu aucune visite à la maison pour voir si j’étais réellement présente chez moi en quarantaine pendant les 14 jours, que j’ai respectés, j’ai eu aucun appel puis j’ai pas eu d’amende.

Les voyageurs en provenance de l’étranger doivent réserver et payer un séjour de trois jours dans un hôtel désigné par le gouvernement fédéral, selon les règles en vigueur depuis le 22 février. Les voyageurs peuvent quitter l’hôtel et terminer leur quarantaine à la maison si le résultat de leur test de dépistage est négatif. Si leur résultat est positif, les passagers sont orientés vers un autre hôtel pour terminer leur période de quarantaine. Entre le 22 février et le 23 avril, 1,9 % des 168 887 passagers aériens qui se sont soumis à un test de dépistage à leur arrivée au Canada étaient infectés par le virus qui cause la COVID-19, selon l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*